PRESS

 

 

 


Bernard Munster bat Markko Martin
et entre dans la Legend(e)

 

Malgré une météo pourrie durant tout le week-end, avec une pluie incessante et beaucoup de vent, le public est une nouvelle fois venu en nombre pour assister aux Legend Boucles, l’événement populaire de ce début de saison réunissant 278 équipages au départ de Bastogne.

En l’absence regrettée du lauréat des trois dernières éditions, la chasse à la succession de François Duval s’annonçait très ouverte. Et pourtant, la lutte pour la victoire n’a réellement concerné que deux pilotes.

Débarqué jeudi pour disputer son premier rallye en Belgique, le « Pilote Mystère » Markko Martin a créé une demi surprise en menant la première moitié de l’épreuve au volant de sa Ford Escort MKII Gr.4. Dans un style à la fois propre et efficace, l’Estonien a mené durant neuf spéciales. Mais à la tombée de la nuit, il n’a pu résister au retour d’un Munster frappant un grand coup dans le juge de paix de la « Macrale ». Seul pilote à réussir à tenir la moyenne de 80 km/h sous les hallebardes, le géant de Courtrai collait d’un coup une trentaine de points à son principal rival. Le rallye venait de basculer.

Et alors que l’on pensait que l’ex-quintuple vainqueur WRC allait pouvoir profiter de son expérience mondiale pour remonter sur la terre lors de la seconde étape dominicale, c’était tout le contraire qui se produisait. Profitant de pneus venant de France visiblement plus adaptés à ce type de terrain et tout à fait conformes , « Big Bernie » enfonçait le clou, tandis que Markko Martin perdait définitivement tout espoir de revenir en crevant dans l’Ardoisière.

Le pilote Porsche n’avait dès lors plus qu’à gérer une avance portée à l’arrivée à 59 ,39 points pour signer sa deuxième victoire aux Boucles, la première à Bastogne et en Legend, son précédant succès datant de l’édition moderne de 1999 avec la Subaru Impreza.

« Cela fait plaisir car j’en avais marre de terminer deuxième, » s’exclamait le double mètre à lunettes assisté ce week-end par sa compagnie Andrée Hansen. « On a débuté calmement et fait la différence au moment le plus opportun. J’ai adoré la journée sur terre. Pour moi, on pourrait faire à l’avenir tout le rallye dans les forêts. Bravo et merci à toute mon équipe ainsi qu’à ma copilote. Malgré quelques scènes de ménage, je suis fier d’elle.»

Absent du « Mondial » depuis une décennie, en manque de compétition, Markko Martin a fait honneur à l’invitation des organisateurs et de MY Vintage. Auteur de l’avant-dernier meilleur temps, Martin a décroché le premier accessit avec les honneurs : « Je me suis bien amusé durant deux jours. C’était mon premier rallye historic et en Escort et certainement pas mon dernier. Je voudrais revenir avec un peu plus d’entraînement. Merci pour votre accueil. Hormis le temps, tout était parfait… », concluait le pilote d’un Stéphane Prévot accrochant un nouvel accessit aux Boucles à son palmarès.

Longtemps au coude à coude avec le pilote venu de l’Est, Jean-Pierre Van de Wauwer complétait le podium final après avoir résisté jusqu’au bout au retour de la Porsche d’Yves Matton et Daniel Elena. « Jérôme D’Ambrosio sans phares devant moi samedi soir et une crevaison m’ont fait perdre un peu de temps, mais je suis très heureux avec ce podium. Bravo à Bernard, un beau vainqueur et surtout un gars très malin, et à l’organisation pour ce superbe parcours.»  déclarait à l’arrivée le pilote de la Lancia Beta Monte-Carlo.

Composée de six RT, la dernière journée sur terre, une première belge, a ravi tant les équipages que le public même si le pilotage est souvent moins spectaculaire sur des spéciales tenues secrètes. Elle n’a, hélas, pas souri à Bruno Thiry. Excellent quatrième ce matin aux commandes de sa Datsun Violet, le Saint-Vithois a vite été trahi par sa boîte de vitesses. Ce fut le seul abandon notoire de cette seconde étape souriant aux Britanniques. Signant à eux deux trois meilleurs temps, Tim Pearcey et Paul Griffith ont retrouvé des chemins forestiers leur rappelant le RAC Historic. Assisté de l’équipier belge Louis Louka, Pearcey (Escort) en a profité pour compléter le Top 5 au détriment de François De Spa (Porsche) en proie à des soucis de freins depuis la mi-journée et chutant finalement à la 8e place.  Tandis que Paul Griffith, timide samedi, a pris une belle revanche en décrochant le « Challenge terre » réservé au pilote le plus rapide sur la seule étape dominicale.

Les jeunes pilotes de Fun Cup Fred Caprasse et Edouard Mondron en profitaient pour grimper d’un rang et terminer à d’inespérées  6e et 7e positions. Renaud Verreydt (Ford Escort) en manque de rythme et l’étonnant Guino Kenis (BMW 2002) complétaient le Top 10 final.

Si Grégoire de Mevius, victime de souci de pont, a atteint l’arrivée et signé quelques bons chronos sur la terre tout en assurant le show, ce ne fut pas le cas de Stéphane Lefebvre (moteur), Marc Timmers (moteur), Freddy Loix (moteur) ou Cédric Cherain (sortie suite à la casse d’une roue), tous contraints à l’abandon sans avoir pu goûter à la terre promise…

Le classement final (sous réserve de contrôles techniques ultérieurs réalisés cette semaine par le RACB) : 1. Munster-Hansen (Porsche 911 Gr.4) 362,72 points; 2. Martin-Prévot (Est-Bel/Ford Escort MKII Gr.4) à 59,39 points ; 3. Van de Wauwer-Paisse (Lancia Beta Monte Carlo Gr.2) à 102,28 ; 4. Matton-Elena (Bel-Mon/Porsche 911 Gr.3) à 129,90; 5. Pearcey-Louis (GB-Bel/Ford Escort Gr.4) à 281,0 ; 6. Caprasse-Razzi (Ford Escort MKII) à 288,48 ; 7. Mondron-Werner (Porsche 911 Gr4) à 316,16, 8. De Spa-Carabin (Porsche 911 Gr.4) à 347,5 ; 9. Verreydt-Elst (Ford Escort MKII Gr.4) à 401,73 ; 10. Kenis-Buysman (BMW 2002 Ti) à 404,39