PRESS

 

 

   

Et près d'un siècle plus tard...
Bastogne retrouva le haut de l'affiche ! 

 

C’est l’histoire d’une région, celle de Bastogne, qui avait un vieux compte à régler avec le sport automobile. Pensez donc, c’est là, au cœur de la douce Province de Luxembourg, que sont nées rien moins que les compétitions sur circuit ! Et ça, M’sieurs Dames, on l’a un peu trop vite oublié ! Mais il est bien connu que l’histoire aime repasser les plats…

Au début du monde… de la course, on reliait les villes entre elles, les bolides déboulant sur des routes ouvertes sans réellement s’annoncer. Premières compétitions, premiers exploits… et premiers drames aussi ! C’est à un Belge, le Baron Pierre de Crawhez, que l’on doit l’idée tout simplement géniale de permettre aux voitures et à leurs équipages de repasser plusieurs fois au même endroit au cours d’une seule et même course ! Il venait tout simplement d’inventer la notion de circuit. Et ce Circuit était celui des Ardennes, qui allait battre son plein entre 1902 et 1907. Avec départ et arrivée au cœur du Bastogne de la Belle Epoque, qui voyait débouler de partout des milliers de personnes avides d’assister à ce spectacle d’un genre nouveau, celui de fous du volant venus s’affronter sur leurs drôles de machines qui répondaient aux noms étranges de Panhard Levassor, Darrack, Lorraine-Dietrich, Mercedes ou Minerva, toutes lauréates. L’offre hôtelière de la paisible cité des Ardennes était sans doute insuffisante, mais chacun finissait tout de même par trouver à se loger, afin de ne surtout rien manquer de cette grande fête…

Le Circuit des Ardennes et sa capitale Bastogne ont donc été les précurseurs d’un genre nouveau, qui allait être copié par d’autres épreuves devenues mythiques, dont la Coupe Gordon Bennett et la Targa Florio. Mais le destin est parfois cruel, et en 1908, la Province de Luxembourg fut mise de côté au profit d’un nouveau circuit en train de naître. Bébé qui allait devenir très célèbre. Le plus beau du monde, dit-on encore aujourd’hui… Spa-Francorchamps !

Plus d’un siècle plus tard, qui pouvait penser que Bastogne allait retrouver le haut de l’affiche ? Comme bien d’autres épreuves, les Boucles de Spa, devenues Legend et légendaires, magnifiaient elles aussi la ville d’eaux. Le film avait néanmoins une impression de déjà-vu, la bobine était usée. Et par un beau matin de février, ce qu’il convient d’appeler le plus grand rallye de Belgique avec sa caravane pouvant atteindre 300 voitures, s’est réveillé… sur la Place McAuliffe, cœur de Bastogne ! Et le public de reprendre en masse la direction des Ardennes, pour plonger dans une ambiance unique en son genre et admirer ces nouvelles reines que sont devenues les Ford Escort, Porsche 911, Lancia Beta Monte-Carlo, Opel Manta et consorts. Organisées par le RAC… Spa, les Legend Boucles venaient de rendre le plus beau des hommages à cette ville où un pan majeur du sport automobile avait vu le jour ! Juste retour des choses…  

 

Les régionaux se rebiffent ! 

C’est alors qu’on redécouvrit les atouts de l’endroit, et qu’on apprit à faire connaissance avec de nouveaux chevaliers issus de cette contrée qui peut sembler si distante aux gens de la capitale et d’ailleurs. Classé 7ème du général en Legend dès 2015, Romuald Thirion s’est d’emblée fait un nom dans le milieu du rallye. Que dire alors de celui assurant ce lien entre le circuit et le rallye ? Champion de la Fun Cup en 2015, Fred Caprasse est un autre Bastognard fier de sa région, qui a ouvert le grand livre des Legend Boucles un peu par hasard…

« C’est sûr, si le rallye était resté à Spa, je n’aurais sans doute jamais imaginé y participer, reconnaît ce joyeux drille. Le fait qu’il se déroule chez moi a été l’argument massue ! Seul souci : je n’avais jamais participé à un rallye de ma vie, j’en ignorais presque les codes, et c’est le jeudi, veille du départ, que j’ai pris pour la première fois le volant de la Ford Escort MK1 Groupe 2 dont je disposais ! J’avais tout de même pris soin de me faire seconder par un copilote expérimenté, Geoffrey Razzi. Le résultat a dépassé toutes mes attentes, avec un meilleur temps, des top 5, et un classement final qui aurait pu être bien meilleur encore sans un souci m’ayant coûté quelque 4 minutes. Mais pour une première expérience, c’était tout simplement exceptionnel ! »

Douze mois plus tard, Fred Caprasse est bien sûr de retour avec des ambitions sérieusement revues à la hausse… « Cette fois, je n’aurai plus à tout apprendre de A à Z… et je suis gonflé à bloc ! J’ai conservé le même copilote, mais je me retrouve désormais au volant d’une Ford Escort MK2 Groupe 4 issue des ateliers de Jean-Louis Gosselin. Objectif : un top 10 ? Un top 5 ? Rêve ? Un podium ! Je vais adapter mon style de pilotage, en faisant moins le show pour gagner en efficacité. L’envie de bien faire est vraiment là, quand je vois l’engouement des Legend Boucles dans la région de Bastogne. Les gens m’arrêtent pour me demander si je serai au départ, si j’ai des infos sur le déroulement de l’épreuve, etc. Avec Romuald Thirion, on profite vraiment de ce doux vent de folie qui souffle sur notre contrée. En compagnie de mes potes Jean-François Olivier, Fred Bouvy et Jean-Marc Bourdouch, également issus du circuit, on va jouer le jeu à fond, proposant même un Hospitality qui va nous permettre de recevoir dignement nos partenaires. Là, on décompte les jours… »

 

Voilà, la boucle est bouclée… Un pilote du cru, rodé aux courses en circuit à Francorchamps, est de retour au pays en même temps que la plus grande épreuve de Belgique. Oui, Bastogne a bien retrouvé le haut de l’affiche, et cette fois, elle entend s’y accrocher pendant longtemps…