PRESS

 

 

  

Grégoire de Mevius en Nissan 240 RS Gr.B ! 

 

Voilà une nouvelle qui ravira assurément pas mal de nostalgiques et rappellera d’excellents souvenirs aux fans belges qui ont vu rouler aux Boucles de Spa à l’époque un certain Tony Pond, deuxième en 1983 et 1984 sur une voiture officielle.

Triple vainqueur de l’épreuve, deuxième encore en 2014 après une belle bataille face à François Duval, Grégoire de Mevius est de retour cette année pour la première fois aux commandes de sa Nissan 240 RS Gr.B. Une voiture à la fois originale et spectaculaire qu’on a hâte de voir virevolter sur les spéciales de la région de Bastogne.

« J’ai acheté cette auto voici un peu plus de trois ans et disputé trois fois le Rallye du Maroc à son volant avec une deuxième et une troisième place à la clé, » explique l’ex-champion de Belgique des rallyes aujourd’hui reconverti, pour le plaisir, dans les épreuves historiques. « Il s’agit d’une ancienne caisse compétition client de chez Nismo qui a roulé aux Philippines avant d’être rachetée par un Anglais. Je me souviens avoir vu rouler cette monture à l’époque où je débutais en Samba. J’ai toujours aimé les propulsions, la glisse et j’ai toujours eu de bons contacts avec Nissan avec qui j’ai d’ailleurs gagné les Boucles en 1993. J’aime le look et l’originalité de ma 240 RS préparée et assistée par l’équipe R-Tec de Fabio Lazzerini. Aujourd’hui, elle fait partie des bonnes Groupe B encore autorisées à disputer des épreuves comme les Legend. »

Avec un coefficient correcteur 0,83 (l’année d’homologation), il ne sera pas facile de lutter pour la gagne face aux plus anciennes Ford Escort ou Porsche. Mais Grégoire n’en a cure…

 « Si je faisais une obsession sur une 4e victoire aux Boucles, il aurait été plus malin de louer une Porsche chez BMA, » reconnait le Rhisnois qui retrouvera à ses côtés André Leyh. « Mais j’ai promis depuis longtemps aux organisateurs de venir faire le show avec la Nissan. Je suis là d’abord pour prendre du plaisir et en donner.  Sincèrement, je m’amuse plus avec la 240 RS qu’avec une 911. Je pense que le public va être enthousiaste. Je me réjouis de participer à cette grande première avec une journée sur terre. J’espère juste que tout le monde respectera bien l’interdiction des reconnaissances. J’ai toujours adoré le RAC et je suis certain que je vais aimer Bastogne. »

 

Et nous, on est convaincu que l’on va apprécier le spectacle d’un triple vainqueur de l’épreuve, spécialiste de la terre, sur une Groupe B unique jamais revue aux Boucles depuis plus de trente ans.