PRESS

 

 

  

François Duval signe la passe de trois

Après deux premiers succès aux Legend Boucles de Spa, en 2013 et 2014, François Duval et Anthony Bourdeaud’hui ont signé la passe de trois en remportant, ce dimanche peu après minuit, la première édition des Legend Boucles… à Bastogne disputée par 221 équipages.

Une cinquante-septième édition marquée par un énorme succès populaire et des conditions météorologiques hivernales changeantes et difficiles.

L’épreuve avait redémarré, samedi matin, sous la neige et la conduite de la Ford Escort de l’étonnant Raphaël de Borman, vainqueur surprise du prologue de la veille.

Mais au fur et à mesure que le tapis blanc se mit à fondre, François Duval, septième vendredi soir, remonta au grand galop. En début de matinée, sur un parcours un peu rapide, l’ex-champion de Belgique des rallyes historiques fit de la résistance en passant souvent « à zéro », soit dans le temps imparti.

Mais dès le deuxième passage dans l’étape plus sélective de Stoumont, en début d’après-midi, François Duval prit les commandes des opérations de manière très autoritaire. A l’œil et au chrono, il n’y avait pas photo : le talentueux pilote de Cul-des-Sarts était bien le plus fort.

Au terme des dix-huit RT, « Flash Gordon » s’imposait avec  50,72 d’avance sur l’autre Escort BDA Rallying Solutions de Raphaël De Borman signant là le plus beau résultat de sa carrière.

« Je me suis vraiment bien amusé sur ce superbe nouveau parcours, » commentait « Dudu », l’un des seuls parmi les ténors à avoir joué le jeu des reconnaissances interdites et des spéciales forestières secrètes. « Il a été difficile au début de pouvoir faire la différence sur des tronçons trop rapides. Même sur un parcours très piégeux avec des giboulées et des chutes de neige, on devait s’arrêter parfois pendant une minute avant l’arrivée. C’est mon seul regret. Pour le reste, je n’ai connu qu’une alerte quand un souci d’injection nous a contraints à pointer quelques minutes en retard. Et à la fin tout vibrait…»

Pas de quoi entraver la marche triomphale de François Duval, auteur d’un dernier scratch sur la terre de la Power Stage d’Eglantine.

Relégué à la trente-deuxième place vendredi soir suite à une erreur de sa copilote ne le freinant pas assez en vue de l’arrivée, Bernard Munster  ponctuait sa remontée sur la troisième marche du podium. Le pilote de la Porsche BMA n’échouait par ailleurs qu’à quatre points du premier accessit.

Quatrièmes, Florian et Carolane Jupsin (Escort) auront été les révélations de cette édition. Très belle performance également du local Romuald Thirion (Opel Ascona A), septième coincé entre les Porsche 911 de Marc Duez et Patrick Snijers et les Ford Escort MKI de Fred Bouvy et François de Spa.

On regrettait par contre les abandons dans l’avant-dernière boucle de Bruno Thiry (Visa, alternateur) et d’Alister McRae, excellent deuxième jusque-là. L’Ecossais aura heureusement eu le temps de goûter à la Mandarine lui rappelant sans doute son RAC Rally.

C’était pire encore pour Jean-Pierre Van de Wauwer et Christian Kelders (un instant 4e), tous deux trahis par leur moteur à trois spéciales du but. Le Verviétois renonçait ainsi à la perspective d’un nouveau podium.

Yves Deflandre clôturait le Top 10 devant un Christian Kelders en grande forme. Quatrième à l’entame de la dernière boucle, le pilote Porsche perdait hélas pas mal de temps suite à un souci d’alternateur le privant de phares.

Grand coup de chapeau également à Robert Droogmans, 14e sur sa petite Visa et deuxième meilleur temps dans l’ultime spéciale. Et le Top 10 était facilement à la portée du sexagénaire sans 75 points de pénalité lors de la première RT matinale pour pointage à l’avance.

On notera encore la 23e place du patron de Citroën Racing Yves Matton et la 29e du pilote RTBF Gérald Wéry.

On laissera le mot de la fin à Pierre Delettre, un organisateur heureux : « Cette édition aura été un grand succès à tous les points de vue. Il y avait énormément de monde sur toutes les spéciales. Il n’y a pas eu de neutralisation et aucun accident grave, même pas un doigt coupé. Quant au chronométrage, hormis quelques petits ratés au démarrage, il a été parfait. Bien sûr, il y a toujours moyen de faire mieux et ce sera notre objectif en 2016. Rendez-vous dans douze mois place McAuliffe. J’ai déjà quelques idées et une surprise en vue. »

Le classement final :

1.      Duval-Bourdeaud’hui (Ford Escort BDA) 36.88 ; 2. De Borman-Louka (Ford Escort BDA) à 50.72 ; 3. Munster-Hansen (Porsche 911 Gr.4) à 54.39 ; 4. Jupsin-Jupsin (Ford Escort Gr.4) à 78.85 ; 5. Duez-Sibille (Porsche 911 GR.4) à 105.64 ; 6. Snijers-Bouchat (Porsche 911 GR4) à 113.72 ; 7. Thirion-Jacquemin (Opal Ascona A) à 115.52 ; 8. Bouvy-Gressens (Ford Escort MKI) à 169.3 ; 9. De Spa-Carabin (Ford Escort MKI) à 194,04 ; 10. Deflandre-Lambert (Porsche 911 Gr.4) à 205.88 ; 11. Kelders-Kerkhove (Porsche 911 Gr.4) à 208.48 ; 12. Bergsteyn-Buysmans (Bel-P-B/Opel Kadett) à 224.31 ; 13. Gérard-Chalseche (Opel Ascona A) à 225.94 ; 14. Droogmans-Van Grieken (Citroën Visa 1000 Pistes Gr.B) à 231.57 ; 15. Mourgues-Jalet (Fra-Bel/Ford Escort MKII) à 235.88 ;…

Classic : Reuter-Vandervorst vainqueurs, notre ex-Premier 54eme

Daniel Reuter et Robert Vandervorst ont imposé leur Porsche 914 dans la catégorie Classic des voitures roulant à 60 km/h de moyenne. Ils ont devancé de 85 points Christophe et Anne Baillet, Filip et Julie Deplancke complétant un podium 100% Porsche.

Jérôme Ambrosini (Audi), Patrick Lambert (BMW), Eric Gengou (Volvo), Claude Ninane (Opel), Christophe Berteloot (Porsche), Marc Van Dalen (Ford) et Etienne Baugnée (MG) complétaient le Top 10. 

Bravo aussi à notre ex-Premier Ministre Guy Verhofstadt et son équipier Guido De Vreker, à l’arrivée de leur premier vrai rallye à un honorable 54eme rang.

Le Top 5 final : 1. Reuter-Vandervorst (Porsche 914) 179,33 points ; 2. Baillet-Baillet (Porsche 911) à 85.75 ; 3. Deplancke-Deplancke (Porsche 911) à 97.69 ; 4. Ambrosini-Abel (Audi 80 GT) à 104,39 ; 5. Lambert-Manchel (BMW 2002 Ti) à 107.67