PRESS

 

 

 Entretien avec Pierre Delettre

 

“J’ai enfin compris l’enthousiasme de mon père pour Bastogne…”

 

« Nous y revoilà déjà. C’est fou comme les années passent vite. 2014 marque un tournant pour l’histoire des Legend. Après trente ans d’absence, notre rallye effectue son grand retour à Bastogne. Et quand je vois l’accueil chaleureux qui nous est réservé par les autorités locales et les Bastognards, je comprends mieux l’enthousiasme de mon père en 1983, un an avant son décès. On avait hérité du coefficient 3 au championnat d’Europe et l’on voulait donner plus d’envergure aux Boucles. D’où l’idée d’aller jusqu’à Bastogne. Je me souviens qu’à l’époque il était tombé 50 cm de neige durant la nuit. Les véhicules d’assistance n’arrivaient plus à circuler et Marc Duez avait dû faire le plein d’essence à la station avec sa Quattro victorieuse. Les concurrents tentaient de deviner la route avec les piquets de clôtures. Pour sa première course à l’étranger, Juha Kankkunen, magistral sur la glisse, s’était révélé sur une Manta immaculée. Tout cela ne nous rajeunit pas !

Si les conditions sont à nouveau hivernales, on va écrire une nouvelle page de l’histoire des Legend. Trois décennies plus tard, ce formidable terrain de jeu bien plat n’a quasi pas changé. On a pu y dessiner deux superbes RT. Et sous l’impulsion du bourgmestre Benoît Lutgen, la ville a mis les petits plats dans les grands pour nous recevoir : parc d’assistance, regroup sur la fameuse place du char, podium, écran géant, commentateur, dégustation de produits locaux, les concurrents comme le public seront choyés.

L’autre grande nouveauté de cette 57e édition c’est le lancement de la catégorie DEMO. Et si l’on a certes moins de voitures qu’espéré (certains n’ont pas osé en dernière minute ou ne répondaient à nos critères stricts sur le plan de la sécurité et du look), la qualité sera au rendez-vous avec tout de même quatre Groupe B et quelques top Groupe A évoquant bien des souvenirs. Et les fous passionnés Christian Kelders et Christophe Jacob nous ont réservé une

 bien belle surprise avec l’engagement pour Marc Duez d’une MG Metro 6R4 Gr.B aux célèbres couleurs rouge et blanche, comme en 1986. Rien que ce spectacle devrait valoir le déplacement.

Au final, même si l’on enregistre une diminution de l’ordre de 10% du nombre de participants en raison toujours de la crise mais aussi d’une certaine érosion des concurrents occasionnels, on est loin d’être ridicules avec 240 engagés.

Et même s’il est de plus en plus dur de trouver des partenaires financiers et de monter des opérations avec des étrangers, le haut de l’affiche a tout de même fière allure. Un de mes vieux plus grands fantasmes était de voir Colin McRae à l’œuvre dans Clémentine. Ce n’est hélas plus possible, mais Olivier m’a fait un bien beau cadeau de Noël en m’annonçant la participation sur une Top Escort de son frère Alister qui reviendra d’Australie où il habite désormais pour participer à notre rallye. Le billet est cher certes, mais cela vaut le coût je pense…

Plusieurs autres bons pilotes étrangers débarquent d’eux-mêmes, preuve de la notoriété et de la bonne réputation de notre event : Ce sera le cas notamment de l’ex-pilote de F1 Franck Montagny sur une originale Peugeot 504 Gr.5. Mais les plus grandes vedettes restent belges. Et une fois encore, ils seront quasi tous là pour tenter de battre le tenant du titre François Duval, y compris Bruno Thiry sur une Alfa GTV6 ex-Luigi. Un pur régal pour les yeux et les oreilles.

Pour assurer la pérennité de notre rallye, on demandera enfin bien sûr encore un effort au nombreux public venant assister à notre show gratuit : amis spectateurs, respectez svp les consignes de sécurité, les commissaires, les stewards et surtout l’environnement, particulièrement dans la Clémentine. On compte aussi sur le soutien du public pour acheter notre superbe programme. Le guide indispensable pour suivre les Boucles mais aussi pour que se poursuive notre rallye. Le spectacle que l’on propose vaut bien une entrée au cinéma, non ? »