PRESS

 

 

 Spectacle de bout en bout au Spa Euro Race

 

 

Avec dix-huit courses, un programme varié, quelques vedettes, pas mal de spectacle et de joutes disputées, les passionnés ayant assisté à l’édition 2013 de Spa Euro Race se sont bien amusés durant deux jours.

 

Rythmé, le show a débuté samedi peu avant midi avec la première manche du Supercar Challenge et la victoire de la Corvette C5-R de Rudy Grouwels se détachant après quelques tours. Derrière, après un départ difficile, la McLaren des polermen Geddie est bien remontée à la 2e place, son duel avec la Ferrari de Jan Versluis s’achevant par un tête-à-queue de ce dernier. Une première course souriant aux teams et pilote belges dans les diverses catégories avec la victoire en GT de la Volvo S60 Silhouette Delahaye Racing du Français Pierre-Etienne Bordet et la troisième place dans cette même division de la BMW M3 Silhouette de Steve Vanbellingen et Ward Sluys. Sur sa Viper DVB, Wim Lumbeek échouait au 4e rang de classe. Victoire par contre en Super Sport pour la Lotus de Luc de Cock, tandis que Werner Van Herk (Mazda 3 GTB) et Jimmy Adriaenssens (Seat SS) montaient sur la troisième marche du podium.

 

Dans la foulée, un peloton de 49 Mitjet, dont la moitié de nouvelles 2 litres, a offert un spectacle coloré avec des voitures très proches se dépassant et se repassant au fil des tours et des aspirations comme lors d’un GP motos. Hors concours, l’organisateur Jean-Philippe Dayraut, au dessus du lot, a laissé la victoire à Julien Lambert devant Nicolas Gomar et Grégor Raymondis lors d’une arrivée quelque peu tronquée. En 1300cc, c’est Stéphane Georges, 23e au général, qui s’imposait face à Patrice Thivat et Lauris Nauroy.

 

On passait à la première épreuve de monoplaces du week-end avec la Formula Renault 2.0 Alps et le succès du Brésilien Bruno Bonifacio déjà en vue le week-end dernier au sein du Prema Power Team. A l’issue d’une course interrompue au drapeau rouge suite à l’accident du Canadien Luke Chudleigh au sommet du Raidillon, Bonifacio devançait l’Italien Antonio Fuoco et le Polonais Jokub Dalewski.

 

C’était ensuite au tour des concurrents du championnat de France GT de prendre la piste. Et après un départ quelque peu mouvementé et des premiers tours menés par la McLaren de Grégoire Demoustier (il rétrogradera ensuite avant d’échouer finalement dans le bac à graviers des Combes puis d’abandonner), l’Audi R8 LMS Ultra Speed Car partie en pole avec Vincent Abril s’isolait assez rapidement en tête. Dino Lunardi n’avait plus qu’à parachever l’œuvre pour s’imposer sous les premières gouttes assez loin devant la BMW Z4 TDS Racing de Badey-Hassid et la Ferrari Sport Garage de Cayrolle-Santamato. Associé à Morgan Moullin Traffort, auteur de la pole matinale chez les « pros » avec un super chrono de 2.18..195, l’ex-footballeur Fabien Barthez se classait 4e, David Smet Hallyday 6e sur l’Audi Saintéloc.

 

Lancée sous un ciel devenu menaçant, la première des trois courses de Formula Renault 4 voyait la domination du Français Antoine Hubert, vainqueur pour la cinquième fois en sept courses cette année. Il devançait le Britannique Félix Hirziger et l’autre Français Tom Le Coq. Mauvaise journée pour notre compatriote Neal Van Vaerenbergh. Neuvième de la qualification où il se plaignait d’un manque de vitesse de pointe (visiblement un souci de capteur), il perdait encore deux places au terme d’une course remuante et ratait de peu le Top 10 synonyme de pole pour dimanche.

 

Après une 2e manche de Mitjet malheureusement tombée à l’eau suite à un violent orage obligeant la direction de course à arrêter tout le monde au drapeau rouge vu les difficultés pour les pilotes à même suivre la safety car, ce fut au tour des concurrents du Belgian Racing Cars Championship de prendre la piste pour une endurance de 3 heures.

 

Et malgré un début difficile sous la pluie et un handicap de 8’45 à passer dans la pitlane, c’est logiquement la seule GT3 dernière génération au départ, l’Aston Martin Vantage de Tim Verbergt, Damien Dupont auteur d’un excellent relais et Bert Redant qui s’est imposée avec près d’un tour d’avance sur la Porsche de Bouvy-Coens-Grandjean. Victime d’une crevaison à mi-parcours, Bouvy battait au sprint, à quelques centaines de mètres de l’arrivée, l’Audi d’un Anthony Kumpen terminant la course avec un pneu crevé. Quel final ! Malgré une erreur stratégique, la Porsche de Derdaele-Heyer-Mattheus, 4e, remportait la catégorie GT Cup devant la GC 10 V8 Silhouette de Sarah Bovy, Grégory Servais et Arnaud Gomez.

 

Ce dimanche, la journée débutait par deux nouvelles courses de Mitjet remportées par Ronald Basso et par un nouveau succès (le 6e en 8 courses) d’Antoine Hubert, parti dixième avec le système de grille inversée et arrivé premier en F4. La remontée de notre compatriote Neal Van Vaerenbergh qui s’élançait juste derrière fut moins spectaculaire puisque le pilote du RNT terminait 7e.

 

Lors de la 2e course de Formula Renault 2.0 Alps, moins agitée que la veille, on assistait à un triplé des pilotes du Prema Power Team avec cette fois la victoire pour l’Italien Luca Ghiotto devant le Brésilien Bruno Bonifacio et l’autre Transalpin Antonio Fuoco.

 

Ce fut ensuite le moment d’enchaîner les quatre sprints du BRCC avec l’apparition de la pluie jouant des tours aux deux leaders du championnat, Michael Schmetz et Edouard Mondron, tous deux auteurs de sorties de route. Deuxième en première joute, l’ex-rallyman Guino Kenis se laissait aussi surprendre, en slicks sur le mouillé, au sommet du Raidillon lors d’un second exercice remporté par un autre revenant dans notre championnat national, Steve Vanbellingen pourtant parti dernier.

 

Au final, la victoire par éliminations revenait à l’inattendue GC 10 V6 Silhouette du Français Christophe Anquetil devant la M3 de Grammatico et la Seat de Nicolas Jussy assisté ce week-end par le jeune Grégory Paisse, nouveau leader du championnat sprint !

 

On craignait le pire sous les hallebardes mais tout se passa finalement sans mal pour la 2e manche du Supercar Challenge remportée par l’habitué de la Blancpain Endurance Series et de la Ferrari 458 Italia, Nick Hommerson. Il devançait de trente-quatre secondes la Corvette C5-R de Roger Grouwels résistant jusqu’au dernier freinage au retour de la McLaren des Britanniques Geddie. Quatorzième au général, Werner Van Herk remportait la catégorie GTB sur sa Mazda 3, Luc de Cock doublant Jimmy Adriaessens dans le dernier tour pour la 2e place en SuperSport.

 

La dernière des trois manches de F4 se disputait sous le déluge. Après deux premiers tours sous Safety Car, un Antoine Hubert marchant sur l’eau s’envolait irrémédiablement, en course comme au championnat, le Français signant un impressionnant trois sur trois. Derrière, notre compatriote Neal Van Vaerenbergh héritant de la 7e place sur la grille en profitant de certains forfaits et pénalités signait sa meilleure performance du week-end en terminant cinquième.

 

Enfin, avant la quatrième et dernière épreuve de Mitjet remportée par Jean-Noël Lanctuit, la deuxième course du Championnat de France GT a vu la victoire de la Porsche de Frank Perera et Philippe Giauque. Contraints au forfait la veille pour raisons de sécurité (un souci avec les pneus Michelin), l’équipe Alméras prenait une éclatante revanche sur sol détrempé. Le succès semblait pourtant promis à la Ferrari de Fabien Barthez. Après un excellent premier relais de son équipier Moulin Traffort, l’ex-Champion du Monde de football possédait 23 secondes d’avance avant d’effectuer une spectaculaire toupille en haut du Raidillon puis d’écoper d’un passage obligé par les stands pour ne pas avoir respecté le temps d’arrêt. Cela laissait la Ferrari de Beaubelique-Ayari et l’Audi de Lunardi-Abril lutter jusqu’au dernier freinage à la chicane pour le premier accessit. Le suspense aura donc été présent jusqu’au bout d’un Spa Euro Race finalement bien arrosé.