PRESS

 

 

 60.000 spectateurs ont assisté aux World Series by Renault

 

La superbe revanche de Stoffel Vandoorne

 

Après le brouillard retardant le programme de la veille, c’est sous un soleil éclatant (mais pas très chaud tout de même) que s’est disputée la troisième et dernière journée de World Series by Renault. Un super événement sportif et familial dont le succès ne se dément pas au fil des années puisque non moins de 60.000 spectateurs ont encore ceinturé le circuit de Francorchamps ce week-end.

 

Et les dizaines de milliers de fans venus ou revenus ce dimanche n’ont certainement pas regretté le déplacement. Outre les impressionnantes démonstrations de la Red Bull-Renault F1 du Suisse Sébastien Buemi, des cascadeurs du Renault Show ou de la R5 Maxi de l’inusable rallyman Jean Ragnotti, le grand public a eu le bonheur d’assister à la deuxième victoire de la saison en Formula Renault 3.5 de notre plus sérieux espoir en monoplace Stoffel Vandoorne.

Cinq ans après Bertrand Baguette, trois ans après ses deux succès en Formula Renault 4, le fer de lance du RACB National Team est monté sur la plus haute marche du podium dans la catégorie reine des World Series : la FR3.5.

Troisième aux essais, notre représentant a effectué un départ et un premier tour de rêve pour s’emparer du leadership au freinage des Combes. Et ne plus le quitter jusqu’à l’arrivée où il effaçait d’un coup le cauchemar de la veille avec une décevante treizième place. En moins de vingt-quatre heures, Stoffel est passé de l’enfer au paradis.

« J’avais décidé de tout miser sur mon départ, » expliquait-il à la descente d’un podium au sommet duquel il fut chaleureusement applaudi. «Et tout s’est passé selon le plan idéal. J’ai d’abord doublé le poleman Magnussen au freinage de la Source avant de profiter de l’aspiration de Nico Muller dans la montée vers les Combes pour le passer au freinage. »

Malheureusement pour lui, l’intervention de la voiture de sécurité pour dégager quatre monoplaces crashées dans le Raidillon (Foresti, Move, Pic et Negrao) réduisait à néant la petite avance forgée dès le premier tour. « Mais j’ai bien négocié la relance. » L’équipe Fortec et lui gérèrent également parfaitement son « pitstop » obligatoire : « Je savais que cela allait être chaud avec Kevin qui s’était arrêté deux tours avant moi. J’ai vu le museau de la monoplace jaune grossir dans mon rétro à la sortie des stands mais j’ai réussi à garder l’avantage. »

La messe était dite. Après Magnussen samedi, Vandoorne devenait le deuxième pilote à signer deux victoires cette saison après son succès de Monza. Derrière, Will Stevens faisait le jeu de Stoffel en forçant le passage sur un Magnussen le tassant dangereusement dans la montée vers les Combes. Les trois hommes se retrouvaient sur le podium. « C’est vraiment extraordinaire de gagner à Francorchamps, devant mon public, mes amis. Je suis super heureux. Bien sûr, pour le championnat je ne réalise pas l’opération espérée après mon zéro pointé d’hier. Mais laissez moi savourer. J’ai perdu une bataille mais pas la guerre. Je suis toujours 2e du championnat. Je compte certes 29 unités de retard sur Magnussen mais je ne serai pas toujours le seul malchanceux. »

 

Les trois autres courses au programme furent tout aussi animées. En Eurocup Formula Renault 2.0, après un drapeau rouge suite à un crash impliquant deux voitures au Raidillon dès le 2e tour, et une nouvelle neutralisation suite à un nouveau « carton » au même endroit (mais toujours sans gravité), la victoire est revenue à Luca Ghiotto. Auteur de deux bons départs, Benjamin Bailly, qualifié au 33e rang, n’a pu faire mieux que 24e aux commandes d’une monoplace poussive pas du tout à la hauteur de ses espérances.

Enfin, après la succès de Mirko Bortolotti en Mégane Trophy, l’Eurocup Clio clôtura à nouveau le programme en  beauté avec le remake du duel de samedi entre les Français Milan et Trémoulet franchissant le drapeau à damier l’un derrière l’autre. Plus loin, les Belges furent les malheureuses victimes de nombreux incidents décimant le peloton. Et si Sami Luka, poussé au Raidillon, parvenait à reprendre la piste pour terminer seizième, Stéphane Lémeret, en lutte pour la 7e place, se faisait violemment envoyer dans les pneus lors du dernier passage aux Combes.

 

Des images plein les yeux, les oreilles bourdonnantes et le sourire aux lèvres, le grand public est retourné chez lui heureux, avec le sentiment d’avoir assisté à une belle victoire de notre diable rouge Stoffel qui a déjà donné rendez-vous à ses fans pour l’an prochain. « J’espère vous revoir ici l’an prochain, » a-t-il lancé spontanément sur le podium. Aux World Series ou en F1 voulait-il dire ? La question reste ouverte…