PRESS

 

 

 Beaucoup de monde pour la première journée des World Series

 

Kevin Magnussen impérial, les Belges maudits

 

Débutée avec près de deux heures et demie de retard en raison d’un épais brouillard refusant de se dissiper, la première journée de courses des World Series by Renault a ensuite attiré le soleil et la grande foule.

 

Première épreuve de l’après-midi, la manche de l’Eurocup Formula Renault 2.0 a été le théâtre d’un magnifique duel entre Britanniques, Oliver Rowland prenant le meilleur au terme du 3e tour et d’un musclé bras de fer avec le poleman Jake Dennis. Ce dernier dégringolait au fil des rondes et devait laisser les deux plus petites marches du podium au Français Pierre Gasly (2e) et au Colombien Oscar Tunjo (3e).

Bon huitième sur la grille après avoir signé le 4e chrono de sa série, Benjamin Bailly, 7e au premier freinage perdait deux places avant de se faire accrocher lors du 4e passage aux Combes par l’Italien de chez KTR, Ignazio D’Agosto. Signé pas de chance pour le Liégeois…

 

Après une démonstration très attendue de la Red Bull-Renault F1 RB7 de Sébastien Buemi bouclant deux tours du circuit et effectuant deux séries de « donuts » face à un public médusé, les Formula Renault 3.5, plus rapides que les GP2 et aussi véloces que le récent poleman des 6 Hours WEC, entraient en piste pour leur première course du week-end.

 

Une épreuve marquée par la domination en deux temps du jeune poleman Kevin Magnussen. Sous les yeux de son papa Jan, un des trois ex-pilotes de F1 présents dans le paddock pour soutenir leur descendance (avec les Français Olivier Panis et Jacques Laffite), le Danois a conforté son leadership au championnat en devenant le premier des cinq vainqueurs différents à récidiver cette saison. Parti en trombe, le pilote Dams a toutefois dû résister en fin de course au Portugais Antonio Felix Da Costa revenu dans son sillage suite à l’intervention de la voiture de sécurité intervenue en raison du gros crash (sans gravité pour les pilotes) en queue de peloton entre Yann Cunha et le récent vainqueur monégasque Nico Muller. A la relance, le Néerlandais Nigel Melker, dixième sur la grille, en profitait pour surprendre Arthur Pic (le frère du pilote de Grand Prix) et compléter le podium.

 

Et Stoffel Vandoorne ? Pointé parmi les favoris pour sa course à domicile, le jeune champion d’Europe de FR2.0 a vécu une journée noire. « Cela a commencé dès la qualification réduite à vingt minutes, » racontait-il, dépité. « Alors que j’avais signé le 4e chrono avec mon premier train de pneus neufs, j’ai joué de malchance en étant constamment gêné par les drapeaux jaunes avec mon second set. Dans mon ultime effort, j’étais 9 dixièmes plus rapide – ce qui aurait été suffisant pour partir 3e - après deux secteurs quand j’ai dû lever le pied pour un gars sorti devant moi. »

 

De quoi le reléguer à un décevant 13e rang.

 

Mais ce n’était pas fini. Evitant de justesse un concurrent calant devant lui au départ, Stoffel gagnait trois places en filant vers l’extérieur. « Malheureusement mon équipier ne m’a pas vu et m’a involontairement tassé dans l’herbe. J’ai sali mes pneus et raté mon freinage à la Source où j’ai dû faire tout l’extérieur. »

Vingt-troisième après le premier freinage, le Belge encore ralenti lorsque son système anti-calage se déclencha inopinément à l’issue du premier tour remonta péniblement jusqu’à sa position de départ. « Je ne marque pas de point et Kevin Magnussen en prend le maximum. Ce n’est pas vraiment le scénario que j’avais imaginé. Il ne me reste plus qu’à oublier au plus vite cette journée de m… et me concentrer pour tenter de monter sur le podium dimanche. En vitesse, c’est tout à fait possible. »

Il lui faudra juste un peu plus de chance. Ou simplement un peu moins de malchance…

 

Le copieux programme de la journée s’achevait avec la victoire de l’habitué Mike Verschuur en Mégane Trophy et le succès du Français Milan en Eurocup Clio au terme d’un âpre duel avec son compatriote Trémoulet. Véritable festival de « drift » marqué par de nombreux accrochages et sorties de route, l’ultime joute de la journée n’a pas failli à sa réputation en étant encore la plus spectaculaire.

 

Mais là aussi les Belges n’ont guère étant chanceux. Finalement parti 9e, Sami Luka s’est fait pousser en tête-à-queue à la chicane à la fin du 3e tour alors qu’il était déjà remonté au 4e rang. Quant à Stéphane Lémeret, sixième sur la grille mais diminué physiquement, il a rétrogradé au fil des tours pour croiser le drapeau à damier au 11e rang.

 

On espère que nos compatriotes pourront prendre leur revanche ce dimanche lors d’une dernière journée des World Series by Renault qu’on nous promet ensoleillée.