PRESS

 

 

 Legend Boucles de Spa : une grande… Classic

 

Alors que l’on se dispute les dernières places dans la catégorie Legend où le quota des cent vingt engagés devrait être facilement atteint ce week-end, les organisateurs constatent le retour de certains concurrents vers la formule Classic, nettement plus abordable à tous points de vue.

 

« On observe la tendance inverse d’il y a quelques années, » indique Pierre Delettre. «Après des débuts en Classic, à 50 km/h de moyenne, plusieurs pilotes amateurs étaient passés à la vitesse supérieure. Avant aujourd’hui de redescendre en Classic où les prix d’engagements et de licences (50 euros pour celle d’un jour) sont plus abordables et où on ne constate pas de course à l’armement. Et au final, le plaisir derrière le volant est le même. Alors ceux qui le font plus pour le fun que pour le classement se retrouvent dans cette catégorie où règne une ambiance bon enfant même s’ils sont au moins une vingtaine à pouvoir prétendre au podium final.»

 

Si la catégorie Legend est aujourd’hui réservée à des pilotes de notoriété, plus avertis et surtout dotés de plus gros budgets et de grosses autos, le Classic, plus ouvert, reste à la portée des plus petites bourses et autos. Ainsi, un pilote MG nous a confié hier au Salon qu’il en sera à sa sixième participation pour un budget annuel de 1500 euros, engagement et licence compris.

 

Réservé aux amateurs, puristes, passionnés de rallye, de belles autos et/ou de vrai régularité (même si 50 km/h de moyenne sur la neige ou dans le domaine de Bilstain cela devient vraiment du sport !), le Classic est aussi ouvert aux débutants voulant s’offrir une première expérience avec une voiture d’avant 1987 devant juste être conforme au code de la route (même pas besoin d’arceau).

 

Malgré l’abandon du système Tripy, les copilotes engagés en Classic auront toujours autant de travail puisque des prises de moyennes instantanées seront toujours à l’ordre du jour tout au long des 15 RT totalisant 140 km pour un total de plus de 500 bornes et trois grosses heures de course de plus qu’en 2012.

« On a multiplié le nombre de RT (toutes sur routes fermées) et on fera partir les concurrents de trente en trente secondes afin d’éviter un maximum les effets pervers des neutralisations pouvant fausser les classements. Comme d’habitude, les Classic emprunteront le même parcours que le Legend. Ils rentreront juste une heure plus tôt, au milieu de la nuit, afin que les premiers puissent être mis à l’honneur. Moins défoncé que l’an dernier, le parcours sera néanmoins corsé. A Spa, le Classic ne s’apparentera pas à un rallye touristique.»

 

Plus de 140 équipages ont déjà rentré leur bulletin pour une épreuve Classic qui fera cette année l’objet de plus d’attention et attirera encore de nombreuses splendides voitures anciennes.